pratique

Bonnes adresses Paris

A force de voyager, j’ai quelques adresses favorites dans plusieurs villes, si vous êtes intéressé.e.s je vais vous les partager.

On commence facile par Paris, facile parce que j’ai vécu dans la région pendant quelques années, et parce que ça n’est qu’à une heure de vol de chez moi.

Activités (je ne vous citerai pas tous les musées mais juste) :

  • L’atelier des lumières (38 rue Saint Maur 11 Paris XIe) : plutôt qu’un musée figé, c’est une expérience où vous êtes plongés au milieu des oeuvres des artistes (j’ai vu Klimt), qui sont projetées sur tous les murs de l’endroit avec de la musique.

December-23-2018-at-0440PM

Librairies (anglaises pour le coup, les livres en français, j’en trouve plus facilement) :

  • Shakespeare & co (37 rue de la bûcherie Paris Ve) toujours plein de touristes, parce que c’est l’endroit où tous les auteurs américains expatriés en France ont passé du temps. C’est aussi La Librairie qui apparaît dans les films américains se passant à Paris, bref, c’est une institution. Pas toujours facile de trouver un livre précis, mais les lieux ont une histoire.
  • WSmith (248 rue de Rivoli, Paris Ier) la librairie où je vais si j’ai un livre précis à acheter, un peu d’Angleterre en France.

Salons de thé :

  • Le loir dans la théière (3 rue des Rosiers Paris IVe) des gâteaux délicieux depuis des années, si vous êtes fan de tarte au citron meringuée par exemple, éviter le samedi à l’heure du goûter, c’est plein à craquer, mais un peu plus tôt ou en semaine, c’est très agréable.

IMG_5963

  • Berthillon (29-31 rue saint Louis Paris IVe) LE glacier parisien. Il y a plusieurs distributeurs partout en ville mais si vous voulez la dégustation tranquille, passez au salon de thé, juste derrière le glacier, c’est cosy à souhait et il y a moins la queue.
  • Aux 2 anges (23 rue Daval Paris XIe) une boulangerie pâtisserie délicieux où se poser quand on se retrouve vers Bastille à l’heure où un éclair au chocolat est plus tentant qu’une bière.

Petit déjeuner/Brunch

  • Loulou Friendly Dinner () pour un brunch un peu chic mais pas trop, avec des jus de fruits tous frais.

IMG_7165

  • La Parisienne Madame (48 Rue Madame, 75006 Paris) une boulangerie de quartier où les locaux viennent tous chercher leur pain le samedi matin c’est toujours bon signe. Quand en plus les viennoiseries sont délicieuses, le thé bon et le service agréable, on évite le petit déj de l’hôtel.

IMG_7349

  • The Bombardier (2 place du Panthéon Paris Ve) et puis parfois, on a envie d’un petit déj qui vous tienne au corps toute la journée pour pouvoir marcher partout sans relâche. Et trouver un pub qui propose un vrai English Breakfast juste à côté du Panthéon, c’est parfait.

IMG_7364

Restaurants :

  • Le Polidor (41 rue Monsieur le Prince Paris VIe) un restaurant traditionnel français avec de grandes tables parfois à partager, des nappes à carreaux rouges et blancs, des plats du jour tels que vous en mangiez à la cantine mais en meilleur, et une ambiance à savourer aussi.
  • Pokawa (33, rue Mazarine Paris VIe) après tous ces gâteaux et ces plats traditionnels, un bol plein de vitamines et de couleurs, ça change et ça fait du bien. Les pokes n’ont pas encore envahi Toulouse mais je pense que ça pourrait être la prochaine mode (oui j’en ai marre des burgers ;))

IMG_7133

  • Le grenier de Notre Dame (18 rue de la Bûcherie Paris Ve) un vrai restaurant végétarien aux pieds de Notre Dame. C’est assez petit alors réservez plutôt que de compter sur votre chance comme nous (même si ça a fonctionné).
  • Le palais de la Griserie (13 rue Lagrange Paris Ve) si vous voulez plutôt un restaurant chinois, sans le décor associé mais avec les plats qui vont bien (le seul endroit en France où j’ai vu de la glace en beignet au menu)
  • César Pizza (76 rue Mazarine Paris VIe) pour des pizzas à la napolitaine, généreuses et originales.

Hôtels :

  • Le Lapin Blanc (41 boulevard Saint Michel Paris Ve) Un hôtel à thème (si vous êtes fan d’Alice au pays de Merveilles vous allez passer votre temps à faire des oh et ah ;)) près du quartier latin.

img_20171110_152116_1001713564264.jpg

Le petit plus :

Au premier étage de WSmith se cache un salon de thé à l’anglais où déguster un Afternoon tea. Particulièrement recommandé si vous avez passé du temps sur les Champs Elysées voisin et que vous avez besoin d’un peu de calme.

Publicités
petits bonheurs

Petits Bonheurs du 10 mai

  • Un long week-end grâce à une semaine à trous,
  • Retrouver des amis à l’aéroport puis à la gare,
  • Du soleil et même un week-end sans nuages,
  • Un Appart sympa,

IMG_6590

  • L’afternoon tea et les scones,

IMG_6402

  • Acheter (trop) de livres,
  • Revoir des amis ex munichois,
  • Marcher le long de la tamise ,

IMG_6430

  • Se poser dans l’herbe à Green Park,

IMG_6443

  • Des perroquets en pleine ville,
  • Observer les gens,
  • Acheter (trop) de thés,

May 08, 2018 at 07:31PM.jpg

  • Une rue pleine de Street art,

IMG_6487

  • Les short breads,
  • Tomber sur un pub quiz,
  • Les écureuils pas sauvages.,
  • Rentrer chez soi,
  • Improviser ma séance de yoga sans être guidée par une vidéo,
  • Les lentilles saucisses.
petits bonheurs

Petits Bonheurs du 17 août London Based ;)

  • attraper la navette aéroport tout juste, sans ‘trop’ courir,
  • partir à Londres,

IMG_5122

  • un hôtel en plein centre-ville,
  • marcher au hasard,
  • tomber sur un magasin/expo par les designers des journaux, affiches, emballages de Harry Potter,
  • un thé au 5e étage d’une librairie,

IMG_5148

  • discuter d’idées pour un ou plusieurs histoires,
  • une vraie grasse mat sous une couette bien épaisse,
  • un super petit déjeuner à deux pas de l’hôtel,

IMG_5160

  • trouver deux livres depuis longtemps dans ma liste,
  • être assis en haut et à l’avant d’un bus à impériale,
  • essayer un joli ukulele qui sonne très bien,

IMG_5203

  • sortir d’un resto vegan qui n’a que des infusions à boire et prendre un vrai thé English breakfast,
  • voir la Tamise et les musiciens qui jouent de la musique des caraîbes sur le pont (penser à Peter Grant et Mama Thames),

IMG_5219.JPG

  • le soleil sur ma peau,
  • un vrai afternoon tea (photo recadrée pour l’anonymat du pas si innocent qui partageait ma table)

Copie_pour blog

IMG_5265

  • une salle de pub pour nous tous seuls, et y manger un fish and chips,

IMG_5281

  • boire un thé dans une crypte,

IMG_5285

  • voir the Folly (re-Peter Grant),
  • retourner dans un très bon resto indien (et penser aux copines),
  • utiliser la Oyster card dans le métro comme les locaux,

IMG_5209

  • regarder le dernier épisode de Orphan Black dans l’avion du retour.

 

petits bonheurs, pratique

Carnets de voyage

C’est bientôt les vacances et ça fait au moins 3 mois que je n’ai pas parlé de carnets… sans compter que c’est une occasion pour fouiller dans des souvenirs 😉

Si je vous parle carnets de voyage, vous risquez de penser à tous ceux que l’on trouve maintenant en librairie quasiment toujours illustrés par des artistes professionnels (Titouan Lamazou, Stéphanie Ledoux, …), mais nul n’est besoin d’être un très bon dessinateur pour se lancer.

Je vais vous montrer ce que je fais et ça devrait vous décomplexer (attention, beaucoup d’images vont suivre ;)).

wp-1465736879853.jpeg

Déjà un point à décider assez tôt c’est le type de carnet à emmener. J’aime ajouter des plans, construire la structure de mon journal de voyage moi-même alors je pratique les feuilles volantes en format A5 tenues ensemble par des anneaux de reliure pendant le voyage, et en rentrant je relie tout ça avec de la laine. Mais un joli carnet à feuilles blanches ou à ligne peut très bien vous convenir mieux, ou uniquement du papier à dessin.

Plan

Ensuite quoi mettre dedans ? Des listes, des informations sur le voyages en lui-même, des cartes routières, votre quotidien pendant ce voyage, des petits bonheurs (et si vous partez à plusieurs cela peut être sympa de noter les petits bonheurs de vos compagnons de voyage), des dessins, des cartes postales, des emballages de produits qu’on ne trouve pas chez vous.

Carte

Vous pouvez tester différentes idées : comme par exemple j’imprime un agenda pour noter les événements. Et il y a eu de l’évolution entre mon premier carnet de voyage et le dernier :

Pareil au niveau des dessins :

Dessin US 1

Dessin US2

Pour les informations de voyage, j’imprime les informations que j’avais stocké dans TripIt lors de la préparation :

Tripi

Et pour les listes :

Bucket List du voyage :

Bucketlist

Nourriture à goûter :

Nouriture

Bagages :

Bagages

Petits bonheurs quotidiens :

Petitsbonheurs

Livres lus :

Biblio

Animaux vus :

Animaux

Musique écoutée :

Musique

Vocabulaire local :

Vocabulaire
Avant le voyage pour préparer les illustrations j’utilise les brochures des agences de voyage (voyageurs du monde a de belles photos) ou des articles sur le pays.

Pendant le voyage, si vous avez une imprimante de poche, ou au retour, vous pouvez aussi inclure vos propres photos dedans :

Photos

Si vous voulez plus d’inspiration il y a un rendez-vous annuel du carnet de voyage à Clermont-Ferrand et plein de carnettistes tiennent un blog ou un compte Instagram.

Êtes-vous adeptes des carnets de voyage ? ou est-ce que vous êtes tenté.e.s mais n’avez jamais osé ?

 

équilibre, pratique

Organiser un voyage

Peut-être que c’est parce que j’ai beaucoup voyagé professionnellement, peut-être que c’est juste mon côté organisatrice, mais j’adore organiser des voyages. Et comme une amie me disait qu’elle ne partait pas parce que réserver était trop compliqué, je vais vous partager quelques unes de mes astuces.

Pour la destination et la durée, évidemment c’est à vous de décider 😉
Pour le train, en France il n’y a pas vraiment le choix c’est Voyages sncf. Ce qui peut valoir le coup, si vous avez aussi besoin d’un hôtel c’est de regarder leurs promotions billets+hôtel, il peut y avoir de belles réductions.
Pour l’avion, la première chose c’est de savoir quelles compagnies desservent votre destination, avec escale ou pas et dans quelle gamme de prix.
Mon arme à ce moment-là, c’est Kayak. Vous entrez votre point de départ, le point d’arrivée, et il vous propose toutes les liaisons possibles (ce qui aboutit parfois à proposer un Toulouse/Munich/Copenhague/Rome). A vous de choisir le plus simple, ou le moins cher, selon vos critères.
Si vous devez faire une escale, il y a des aéroports qui sont plus pratiques que d’autres : les hubs (Roissy pour Air France, Amsterdam pour KLM, Londres Heathrow pour British Airways) vous aurez plus de choix de destination, par contre ce sont souvent des aéroports très chargés en voyageurs, prévoir plus de temps pour passer la sécurité.
Pour l’achat des billets d’avion, j’avoue préférer acheter directement sur le site de la compagnie aérienne, mais c’est suite à plusieurs expériences pas très heureuses avec des sites qui proposent de tout acheter chez eux.
Pour l’hôtel, la même chose que pour l’avion, je passe toujours par TripAdvisor pour me faire une idée du choix disponible et des avis des clients, on en apprend plus de cette manière-là qu’en allant juste voir le site de l’hôtel.
Si vous avez aimé un endroit c’est aussi une bonne idée de donner votre avis pour améliorer encore le service TripAdvisor.
Pour la réservation, j’utilise pas mal Booking parce qu’on y trouve quasiment tous les hôtels.
– Sinon, évidemment il y a des gites, les chambres chez l’habitant et AirBnB…
– Enfin pour stocker toutes ces informations et pouvoir les retrouver pendant le voyage j’utilise TripIt qui permet de stocker toutes mes réservations sous forme d’un voyage.

Voilà, vous avez tous mes secrets d’organisation de voyage.
Je n’ai aucune affiliation avec ces sites, mais j’aime leur fiabilité et le fait qu’ils soient disponibles sur ordinateur (pour la préparation du voyage) et en application mobile (pour pendant le voyage) et sont tous gratuits.

Et vous ? Aimez-vous voyager ? Avez-vous des trucs et astuces ?

 

sport

Aller voir les poissons, ça vous tente ?

Si vous avez lu régulièrement mes petits bonheurs, vous savez que la plongée sous-marine est une de mes passions.

plongée
photo prise par Vincent Tuloup, dans la fosse de Go&Sea

En cette période estivale et chaude, peut-être auriez-vous envie d’essayer ?

Le plus simple pour débuter est de faire un baptême de plongée. Les clubs, les magasins de plongée voire certains villages de vacances en proposent.
Le baptême vous familiarisera avec la respiration sous l’eau (le premier réflexe étant de retenir sa respiration, il faut s’habituer au détendeur), vous ne descendrez pas très profond (5 à 10m max),le moniteur qui vous accompagne gérera le matériel pour vous et ne devrait pas vous quitter. Le but est que vous appréciez ce qui se passe autour, pour avoir envie d’y revenir 😉

Si le baptême vous a plu, vous pouvez vous lancer dans une formation pour devenir plongeur de loisir (sous condition d’avoir un certificat médical spécifique délivré par votre médecin généraliste pour les premiers niveaux ou un médecin du sport).
Plusieurs cursus s’offrent à vous. Les clubs et magasins en France proposent souvent en parallèle des formations FFESSM (fédération française d’études et de sports sous-marins) et PADI. D’autres organismes permettent aussi de se former et proposent des cursus équivalents.

Pour les adultes les niveaux de formation sont les suivants :

FFESSM :
Niveau 1 : plongée encadrée jusqu’à 20m
Niveau 2 : plongée autonome jusqu’à 20m, encadrée jusqu’à 40m
Niveau 3 : plongée autonome jusqu’à 60m
Niveau 4 : guide de palanquée (peut guider des plongeurs autonomes)
Niveau 5 : directeur de plongée
Formation très bien reconnue en France, un peu moins à l’étranger.

PADI
Open Water : plongée autonome jusqu’à 18m
Advanced Open Water : plongée autonome jusqu’à 30m (avec choix de spécialités)
Rescue Diver : secours en plongée
Dive Master : guide de palanquée
Instructor : instructeur
Formation d’orgine américaine, très bien implantée internationalement, tous les manuels sont très bien traduits en francais.

Les enfants peuvent commencer la plongée à partir de 8 ans, encadrés et passer leurs niveaux à partir de 10 ans selon les cursus.

La première formation peut être faite en une semaine (à l’UCPA de Niolon ou au Club Med par exemple) ou peut être faite sur un an, souvent le cas dans les clubs qui préparent le niveau en piscine toute une année et font un voyage pour la validation en milieu extérieur en fin d’année.

Les niveaux 1 et Open Water permettent déjà de voir beaucoup de choses puisque la plupart des poissons de récif se situent dans ces profondeurs-là le long des côtes. Si on veut voir des épaves, descendre à 30 ou 40m devient nécessaire, mais physiologiquement et physiquement, les plongées en dessous de 20m sont plus difficiles et demandent plus de prudence. Les plongées jusqu’à 60m voire plus sont vraiment techniques et souvent sont faites avec un matériel différent.
Pour ma part, j’ai attendu d’avoir fait une quarantaine de plongées à 20m avant de passer mon niveau 2, cela m’a permis de gérer correctement les techniques de base avant de passer à plus compliqué.
Mais le cursus PADI est souvent suivi d’une traite Open Water puis Advanced Open Water sans beaucoup d’expérience.

Quand vous choisissez une structure avec laquelle plonger, soyez prudent et fiez-vous à votre instinct, les moniteurs doivent être attentifs, professionnels, le matériel récent et bien entretenu et les groupes de plongée avec qui vous partirez pas surchargés.

Si vous vous laissez tenter n’oubliez pas de vous amuser et d’observer l’aquarium qui se dévoile sous vos yeux.
aquarium

Et il n’y a pas de limite d’âge pour commencer, mon père vient de passer son Open Water à 65 ans 🙂

Si vous avez des questions supplémentaires, je serai ravie d’en discuter.

 

lecture

le livre de l’été

Plutôt que de parler du dernier roman de plage à succès, et toujours dans la veine d’avoir une valise la plus petite possible, pourquoi ne pas remplacer le livre papier par une liseuse électronique ?

Evidemment le livre papier est toujours très agréable à lire, supporte parfaitement la plage voire même de prendre un bain avec vous, mais lorsqu’on part trois semaines en vacances, il faut prévoir de la place en conséquence pour 3-4 (voire plus) livres papier, alors qu’avec une liseuse cela ne prendra pas plus de place !
liseuses

Plusieurs solutions de lecture électroniques sont possibles :
Les liseuses exclusives, qui offrent un grand confort de lecture, une autonomie de batterie importante et des fonctions telles que rétro-éclairage, achat en ligne, connexion via Wifi, voire pour certaines résistance à l’eau.
Kobo, lié à la Fnac, premier prix à 79€.
Kindle, vendu par Amazon, premier prix à 60€. Attention elle lit uniquement en format propriétaire azw,
Cybook, vendu dans les magasins Relay à 95€,
PocketBook, distribué par Cultura, premier prix à 64€.

Lors du choix de la liseuse, la facilité d’obtenir des livres qui vous intéressent, le type de navigation, la prise en main, le temps d’allumage, ou la facilité de personnaliser votre liseuse sont à prendre en compte.

Une autre possibilité est la lecture sur smartphone ou tablet, cette option n’est pas forcément à conseiller au long terme puisque l’écran plus brillant va fatiguer la vue plus rapidement.
Kobo et Kindle proposent des apps qui permettent de lire le même livre sur la liseuse et sur une tablet ou sur un ordinateur, une fois que vous accédez à votre librairie en ligne.
De même Google Books permet d’acheter ou d’importer des epubs que vous pourrez ensuite lire sur le smartphone ou la tablet (j’ai beaucoup utilisé ce service lors de mes déplacements incessants l’année dernière… quitte à lire un chapitre sur un iPhone pendant ma pause déjeuner puis reprendre le soir sur la tablet).
D’autres apps permettent simplement de lire des epubs ou des pdfs avec un défilement à la page.

Une fois la méthode de lecture choisie, il ne manque plus que des livres !
Certaines liseuses sont livrées avec une centaine de livres préchargés, ce sont souvent des classiques, qui se trouvent gratuits sur Internet.

En parlant de classiques, tous les livres qui sont libres de droits se trouvent sur Projet Gutenberg, en différents formats et en différentes langues.

Si vous utilisez les boutiques type Kobo et Kindle, il peut y avoir des DRM (clés qui limitent le nombre de téléchargement des livres) qui peuvent vous empêcher d’utiliser le livre comme vous le voulez, et il peut aussi y avoir des difficultés à acheter un livre électronique dans une autre langue (je ne comprends toujours pas pourquoi je peux commander un livre papier anglais sur amazon, mais je ne peux pas obtenir le même livre en format électronique sous prétexte que je n’habite pas au bon endroit…).

Un certain nombre de petites maisons d’édition et de petites boutiques publient parfois uniquement en format électronique.

Et si vous cherchez à ranger vos livres électroniques ou juste à les convertir d’un format vers un autre (s’il n’y a pas de DRM), Calibre est un logiciel libre qui permet de faire tout cela. Il y en a sûrement d’autres, mais celui-là convient parfaitement à mes besoins 😉

Et vous, livre papier, livre électronique, les deux ?
Des sources de livres électroniques à recommander ?

Bonne lecture !