pratique, psy

Connais-toi toi-même, les tests de personnalité et autres catégorisations

Plusieurs conversations (réelles et virtuelles) autour de moi récemment se sont bâties sur différents types de catégorisations.
Deux exemples assez connus en sont les socio-types et Myers-Briggs (très pratiqué aux Etats Unis).
Selon ces modèles, je suis nettement une Analytique/Réfléchi ou si on suit la catégorisation MBTI Myers-Briggs une ISFJ.

L’avantage de ces tests, c’est qu’il est facile d’avoir un diagnostic qui nous donne de nouvelles explications sur qui nous sommes et comment nous fonctionnons.
Ainsi le test Myers-Briggs m’avait été soumis pendant un bilan de compétences mais c’est lors d’une conversation avec un ami ayant étudié la psycho que j’ai eu envie de revenir sur ces résultats et de voir quelle en est la réalité.
photo extraite du wiki Myers-Briggs1
Pourtant autant il y a un certain plaisir à se retrouver dans une catégorie et à découvrir qu’on n’est pas seul(e) à réagir ainsi, autant j’essaye d’éviter de classifier les gens autour de moi.
Classer les autres, c’est leur faire porter une étiquette qu’ils ne désirent peut-être pas.
Certaines de ces étiquettes nous suivent depuis toujours (la bonne élève, le clown…) et même lorsque l’on pense s’être débarrassé de ces jugements, ils reviennent souvent nous mordre au plus fragile lorsqu’on ne s’y attend pas.

Je sais aussi que certaines de mes tendances personnelles varient selon les environnements : je suis I (introvertie) mais mettez-moi au milieu de gens qui partagent une de mes passions (la plongée ou la lecture) et je vais commencer à donner mon avis dans des conversations dont je ne fais pas partie !
Il n’y a donc pas de raisons pour que ceux qui m’entourent ne soient pas aussi variables dans leurs réactions.

Tous ces tests ne sont que des étiquettes que nous utilisons pour comprendre nous-mêmes et le monde. Il est facile de dire que je suis analytique plutôt que expansive et cela permet d’expliquer certaines de mes réactions, particulièrement à des personnes qui n’ont pas les mêmes tendances, mais attention à ne pas nous enfermer dans de petites boites dont nous aurons du mal à nous sortir.

Et vous ? Vous vous voyez plutôt comme avec une seule étiquette qui décrit tout ou comme tellement variables que vous ne vous classez même pas vous-même ?


  1. photo extraite du wiki Myers-Briggs
      
Publicité
petits bonheurs

Petits bonheurs du 4 septembre

  • découvrir un autre collègue avec qui parler plongée à la pause café,
  • écrire avant d’aller travailler,
  • voir trois fois des biches au bord ou sur la route en partant en week-end,
  • une matinée studieuse avec les copines,
  • l’odeur des crayola,
  • étudier dans ma chambre d’hôtel,
  • croiser un collègue sympa en courant dans les bois tôt le matin.
    IMG_0514.JPG
     
apprendre, lecture

Apprendre à apprendre

J’ai lu récemment Don’t Go Back to School de Kio Stark basé sur l’idée qu’il n’est plus nécessaire de rentrer dans un cadre classique et scolaire pour continuer d’apprendre mettre à l’âge adulte.
Un petit bémol qui m’est venu à la lecture c’est qu’aux Etats-Unis il est sûrement plus facile de se faire embauche sans diplôme et au culot qu’en France.

La problématique de l’apprentissage et de l’école m’intéresse à plusieurs titres :
– j’ai fait une formation longue où on nous a appris beaucoup de choses mais pas forcément comment les apprendre au mieux (et j’ai utilisé très peu de ce que j’y avais appris dans ma vie professionnelle qui est pourtant entièrement basée sur ce diplôme)
– le fonctionnement du cerveau continue de m’intriguer et tout ce qui peut expliquer comment nous réfléchissons me passionne,
– je suis une « experte en curiosité » (terme déposé par Rhi-Peann) presque officielle et je passe mon temps à vouloir apprendre de nouvelles choses.

livres, études et thé
Les deux méthodes d’apprentissage habituelles proposées dans le livre sont
– la méthode linéaire (celle où l’on suit un programme pré-défini, comme lorsque nous étions à l’école),
– la méthode aléatoire (où l’on attrape un sujet par le premier intérêt qui nous vient et on explore de proche en proche et d’intérêt en intérêt).

Ce qui est important c’est de ne pas être figé dans l’approche et de ne pas toujours s’accrocher uniquement à la méthode linéaire. Effectivement à l’école nous avons tous suivi un enseignement organisé et linéaire mais il est possible qu’en apprenant de par soi-même, passer du coq à l’âne nous permette de développer de manière beaucoup plus experte nos intérêts.
Et selon les sujets une même personne peut mieux apprendre avec une méthode ou l’autre.

Quelque soit la méthode d’apprentissage, les facteurs de réussite principaux sont :
– connaître son propre fonctionnement (si on est plutôt visuel, les matériaux de type auditif ne vont pas aider),
– la motivation interne,
– s’entourer (de personnes qui apprennent la même chose ou d’experts),
– la mise en pratique (par exemple en construisant un projet qui oblige à apprendre).
Au point de vue des sources d’apprentissage, il y a évidemment les cours (à la fac, particuliers, par correspondance), les MOOCs (massive open online course), les bibliothèques, une grande richesse de podcasts sur tous les sujets (assez utile pour apprendre une langue je trouve), de plus en plus d’ouvrages de référence et de vulgarisation.

Rien que pendant ma lecture de ce livre, j’ai été obligée de passer du mode lecture ‘loisir’ au mode ‘études’ avec un carnet pour noter tous les points importants à retenir et donc de passer en mode apprentissage 🙂
Tout cela m’a donné envie de ressortir mes cahiers et mes stylos pour apprendre plein de nouvelles choses.

Et vous, étudiez-vous pour le plaisir ? De quelle manière ? Des conseils ? Des envies de partager un apprentissage ?
 

petits bonheurs

Petits Bonheurs du 28 août

  • participer au Ray’s Day Toulouse au jardin de Compans-Caffarelli,
  • un barbecue improvisé à tester des recettes chez des amis,
  • l’odeur du feu de bois,
  • finir de relier un nouveau journal juste avant de l’utiliser,
  • lire dans le hamac et ma liste de lecture du moment (sérieux et pas sérieux),
    liste de lecture
  • passer une demi-heure au téléphone avec petite soeur,
  • une opération qui se passe bien.
     
petits bonheurs

Petits bonheurs du 17 août (version vacances)

  • revoir une copine pas vue depuis des années pendant son passage à Toulouse,
  • faire la sieste,
  • commencer à lire le dernier livre d’un auteur que j’aime (La mort en tête de Sire Cédric),
  • la pleine lune,
  • déjeuner d’été : melon et jambon de pays,
  • partir en vacances à 1h30 de la maison, pour une fois pas d’avion,
  • avoir la dernière table de disponible dans un resto qui nous plaisait (plusieurs fois),
  • découvrir Cahors, St Cirq lapopie, Rocamadour (34 ans après y être allée avec mes parents), Figeac,

St Cirq Lapopie

  • envoyer des cartes postales (dont une pour Monsieur ;)),
  • les petites routes du Lot,
  • un hôtel en plein dans la cité médiévale de Rocamadour,
  • tomber sur une collègue et sa famille en balade,
  • la douche très chaude après s’être fait saucer copieusement pendant les 5 derniers kilomètres d’une balade de 8 kms,
  • voir Durandal en vrai,

Durandal

  • très bien manger tout le long du séjour,
  • le spectacle de la Roche aux Aigles à Rocamadour,
  • passer 300 jours d’écriture,
  • le Musée Champollion,
  • rentrer à la maison.

 

energie

le Reiki kesako ?

Dans les petits bonheurs de la semaine dernière, j’ai parlé de finir mon initiation au reiki.

Mais le Reiki, qu’est ce que c’est ?
C’est une manière de soigner par la circulation d’énergie à l’intérieur de corps.
La ‘découverte’ du reiki et de comment s’en servir vient de Maître Usui et se base sur l’énergie interne (le Chi du Taïchi ou du Chi Qong en chinois ou Ki en japonais).

Une séance de Reiki est fait par un praticien, sur un sujet vêtu et par positionnement des mains pour canaliser l’énergie globale qui vient débloquer ou recharger l’énergie du patient.
les cinq préceptes du reiki1
J’ai découvert le Reiki grâce à Vanessa de Vents de l’âme d’abord en tant que patiente.
Puis je me suis posé la question de l’initiation pour pouvoir l’appliquer sur moi-même.

Il existe trois niveaux au Reiki.
– le premier degré (shoden) permet de découvrir l’histoire du reiki, ses principes et d’utiliser le reiki sur soi-même et sur ses proches,
– le deuxième degré (okuden) permet d’appliquer le reiki sur des personnes hors des proches et à distance,
– le troisième degré (shinpiden) rend maître reiki et permet de pratiquer professionnellement. Il permet aussi d’enseigner (parfois c’est un autre degré).

Je n’irai évidemment pas dans les détails de l’enseignement ou de l’initiation mais c’est une pratique qui permet de traiter des soucis du quotidien par soi-même sans forcément passer chez son pharmacien. Bien sûr cela ne soignera pas une pathologie lourde mais sur moi-même j’ai constaté que lorsque je pratique, je dors beaucoup mieux, et rien que ça, pour quelqu’un qui a toujours eu de gros problèmes d’endormissement, c’est magique !

Il me reste maintenant à incorporer cette pratique dans ma vie quotidienne, comme un petit coup de pouce complémentaire.


  1. comme décrit dans le manuel du niveau 1 fourni par Vanessa Terral
      
petits bonheurs

Petits bonheurs du 31 juillet

  • une longue discussion philosophique sur la nature de la réflexion,
  • cuisiner avec les mains une recette en allemand,
    crumble allemand
  • une soirée gâteau et Dogma avec une copine à la maison,
  • rentrer à pied depuis le centre-ville,
  • le poulet au gingembre cuisiné par Monsieur,
  • un dîner pas sérieux avec des collègues,
  • voir la Tour Eiffel (je suis fan),
  • danser la salsa,
  • finir ma mission de un mois et demi à Paris.

Ca parle beaucoup de nourriture cette semaine, non ?
Et vous, quels petits ou gros bonheurs cette semaine ?
 

petits bonheurs

Petits bonheurs du 24 juillet

  • atteindre les 20 articles sur ce blog,
  • trouver un collier libellule par hasard
    photo collier libellule
  • finalement rentrer chez moi après 4 jours de voyage et pouvoir porter autre chose qu’un jean quand il fait si chaud,
  • un panaché en terrasse,
  • danser pieds nus sur une de mes chansons préférées pendant un super concert dans un théatre antique avec vue sur le coucher de soleil et une amie qu’on ne voit pas assez régulièrement (petit bonheur multi-level, sinon il fallait une édition spéciale pour jeudi soir dernier !) 😉
  • la finalisation de mon initiation au Reiki et les copines avec qui je l’ai fait,
  • ne presque pas me perdre en courant dans les bois.