petits bonheurs

Petits Bonheurs du 18 avril

  • un projet avec une super cheffe,
  • un jour de congés où il fait beau,
  • faire des trucs compliqués dans des fichiers excel,
  • omelette, concombre et avocat pour le déjeuner,
  • un vendredi soir film d’horreur, fish and chips et cidre,
  • un samedi printanier avec déjeuner sur le balcon, et lecture au soleil,
  • les premières fraises de la saison,
  • Retrouver une photo très récente de Notre Dame,

IMG_7350.JPG

  • Finir un programme de musculation plus yoga après plus longtemps que prévu mais finir quand même.

  • commencer la journée en jouant du ukulele,
  • écouter de la bonne musique (pas jouée par moi ;)),
  • un micro tour en décapotable,
  • revoir la vidéo Paris 3D.

 

Publicités
équilibre, sport

Une pièce à soi

Pour ceux qui ont besoin d’être seuls pour se recharger, un endroit à soi est souvent une nécessité.

Mais comme Virginia Woolf (de qui j’ai détourné le titre) le suggère dans Une Chambre à soi, il y a pour tous un besoin de pouvoir être soi-même, d’avoir un espace où nous pouvons tomber nos masques et nos rôles pour être juste nous-mêmes.

Evidemment cela peut être chez soi, mais parfois l’espace manque et il n’est pas possible de s’isoler des autres. Cela peut être aussi au travail, si vous avez la chance d’un bureau avec une porte.

Dans les nouveaux espaces professionnels, avec les open spaces généralisés, c’est de plus en plus difficile de s’isoler, même pour passer un coup de fil professionnel, alors pour pouvoir être seul avec ses pensées… Certains de mes collègues profitent de la fin de leur pause déjeuner pour aller dans leur voiture, faire une sieste, mais potentiellement juste être au calme. S’il fait beau, je fais la même chose avec un livre assise au soleil. Parfois, il suffit trouver comment créer sa bulle.

Ou parfois, il faut la recréer.
20190414_1210011371054257.jpg
Tant que je vivais seule, mon appartement était ma pièce à moi, un havre de calme, plutôt minimaliste où je pouvais être sûre de ne pas être dérangée.

Mais en choississant d’habiter de nouveau avec quelqu’un, forcément, cela veut dire partager l’espace, et potentiellement ne jamais ‘être tranquille’.

Heureusement pour moi, Monsieur a des passions envahissantes, et donc il lui fallait une pièce pour ses instruments de musique… et comme nous sommes pour l’égalité des rôles, j’ai aussi ma pièce. Au départ, je la voyais comme un bureau, un atelier créatif. Mais assez rapidement mon tapis de yoga y est resté déroulé en permanence, et c’est aussi à où je médite.

20190414_1210381551911157.jpg

Bref de plus en plus c’est un coin de tranquilité, où si la porte Tardis est fermée, cela signifie ne pas déranger ;).

tardis

Et vous, comment trouvez-vous des moments de calme ? Est-ce lié à un endroit, à un état d’esprit ? Quelles sont vos recettes ?

petits bonheurs

Petits Bonheurs du 11 avril

  • découvrir que Netflix a mis à dispo la saison suivante d’une série que j’aime beaucoup (Lucifer),
  • deux personnes en 10 jours qui me conseillent de regarder la même vidéo,
  • prendre un rendez-vous médical en ligne (oui aux dentistes de ce siècle !),
  • assister à une conférence intéressante,
  • aller au ciné en milieu de journée,
  • démarrer une nouvelle série fantastique (Izombie),
  • Finir de lire le volume 1 de ‘anatomie de l’ horreur’,
  • Regarder un documentaire sur le Petit Prince,
  • assister au TedX Toulouse de cette année,

dsc_0093

Hot_leaf_water

(crédit Nathan W Pyle sur Intagram) (forcémment … ;))

  • Réparer une erreur avec de la colle et du papier,
  • Croiser un combi jaune.

  • Monsieur qui vient me chercher pour voir un superbe double arc en ciel avec des éclairs.
pratique

Bonnes adresses Paris

A force de voyager, j’ai quelques adresses favorites dans plusieurs villes, si vous êtes intéressé.e.s je vais vous les partager.

On commence facile par Paris, facile parce que j’ai vécu dans la région pendant quelques années, et parce que ça n’est qu’à une heure de vol de chez moi.

Activités (je ne vous citerai pas tous les musées mais juste) :

  • L’atelier des lumières (38 rue Saint Maur 11 Paris XIe) : plutôt qu’un musée figé, c’est une expérience où vous êtes plongés au milieu des oeuvres des artistes (j’ai vu Klimt), qui sont projetées sur tous les murs de l’endroit avec de la musique.

December-23-2018-at-0440PM

Librairies (anglaises pour le coup, les livres en français, j’en trouve plus facilement) :

  • Shakespeare & co (37 rue de la bûcherie Paris Ve) toujours plein de touristes, parce que c’est l’endroit où tous les auteurs américains expatriés en France ont passé du temps. C’est aussi La Librairie qui apparaît dans les films américains se passant à Paris, bref, c’est une institution. Pas toujours facile de trouver un livre précis, mais les lieux ont une histoire.
  • WSmith (248 rue de Rivoli, Paris Ier) la librairie où je vais si j’ai un livre précis à acheter, un peu d’Angleterre en France.

Salons de thé :

  • Le loir dans la théière (3 rue des Rosiers Paris IVe) des gâteaux délicieux depuis des années, si vous êtes fan de tarte au citron meringuée par exemple, éviter le samedi à l’heure du goûter, c’est plein à craquer, mais un peu plus tôt ou en semaine, c’est très agréable.

IMG_5963

  • Berthillon (29-31 rue saint Louis Paris IVe) LE glacier parisien. Il y a plusieurs distributeurs partout en ville mais si vous voulez la dégustation tranquille, passez au salon de thé, juste derrière le glacier, c’est cosy à souhait et il y a moins la queue.
  • Aux 2 anges (23 rue Daval Paris XIe) une boulangerie pâtisserie délicieux où se poser quand on se retrouve vers Bastille à l’heure où un éclair au chocolat est plus tentant qu’une bière.

Petit déjeuner/Brunch

  • Loulou Friendly Dinner () pour un brunch un peu chic mais pas trop, avec des jus de fruits tous frais.

IMG_7165

  • La Parisienne Madame (48 Rue Madame, 75006 Paris) une boulangerie de quartier où les locaux viennent tous chercher leur pain le samedi matin c’est toujours bon signe. Quand en plus les viennoiseries sont délicieuses, le thé bon et le service agréable, on évite le petit déj de l’hôtel.

IMG_7349

  • The Bombardier (2 place du Panthéon Paris Ve) et puis parfois, on a envie d’un petit déj qui vous tienne au corps toute la journée pour pouvoir marcher partout sans relâche. Et trouver un pub qui propose un vrai English Breakfast juste à côté du Panthéon, c’est parfait.

IMG_7364

Restaurants :

  • Le Polidor (41 rue Monsieur le Prince Paris VIe) un restaurant traditionnel français avec de grandes tables parfois à partager, des nappes à carreaux rouges et blancs, des plats du jour tels que vous en mangiez à la cantine mais en meilleur, et une ambiance à savourer aussi.
  • Pokawa (33, rue Mazarine Paris VIe) après tous ces gâteaux et ces plats traditionnels, un bol plein de vitamines et de couleurs, ça change et ça fait du bien. Les pokes n’ont pas encore envahi Toulouse mais je pense que ça pourrait être la prochaine mode (oui j’en ai marre des burgers ;))

IMG_7133

  • Le grenier de Notre Dame (18 rue de la Bûcherie Paris Ve) un vrai restaurant végétarien aux pieds de Notre Dame. C’est assez petit alors réservez plutôt que de compter sur votre chance comme nous (même si ça a fonctionné).
  • Le palais de la Griserie (13 rue Lagrange Paris Ve) si vous voulez plutôt un restaurant chinois, sans le décor associé mais avec les plats qui vont bien (le seul endroit en France où j’ai vu de la glace en beignet au menu)
  • César Pizza (76 rue Mazarine Paris VIe) pour des pizzas à la napolitaine, généreuses et originales.

Hôtels :

  • Le Lapin Blanc (41 boulevard Saint Michel Paris Ve) Un hôtel à thème (si vous êtes fan d’Alice au pays de Merveilles vous allez passer votre temps à faire des oh et ah ;)) près du quartier latin.

img_20171110_152116_1001713564264.jpg

Le petit plus :

Au premier étage de WSmith se cache un salon de thé à l’anglais où déguster un Afternoon tea. Particulièrement recommandé si vous avez passé du temps sur les Champs Elysées voisin et que vous avez besoin d’un peu de calme.

petits bonheurs

Petits Bonheurs du 4 avril

  • un porridge pour le deuxième petit déjeuner,
  • voyager léger,
  • retrouver Monsieur à Paris pour le week-end,
  • un bretzl au fromage pour le troisième petit déjeuner,
  • voir les copines,

 

  • voir l’exposition Siudmak avant qu’elle ne finisse,

img_7336.jpg

IMG_7349

  • le soleil,

IMG_7352

  • rencontrer quelqu’un qui connait Flumet et St Pourcain sur Sioule,
  • le street art

 

  • se poser un peu pour lire,
  • acheter des cookies chez Mark et Spencer,
  • une troupe de scouts qui chante sous notre fenêtre,
  • trouver un pub anglais pour un full english breakfast, et penser aux copains anglais,

IMG_7364

  • se poser au jardin du Luxembourg,

dsc_0090

  • manger une glace chez Berthillon,
  • les lézards sont de nouveau de sortie,
  • avancer sur un projet perso,
  • donner un cours express d’Instagram à un collègue.
santé

Molécules d’émotions

J’ai découvert Molecules of Emotion par hasard, suite à un financement participatif où une artiste envoyait un livre qu’elle considère comme important tous les deux mois. Et j’ai eu de la chance 🙂

L’auteure, le Docteur Candace B. Pert, décrit comment elle a été dans les équipes qui ont découvert les neuro-transmetteurs et les neuro-récepteurs et la fondation de la neuroscience. Il y a toute une partie sur l’histoire de la recherche mais ce qui m’a le plus marquée c’est ce qui a trait au fonctionnement du corps et au lien entre nos émotions et nos états physiques.

Molecules of emotion

En résumé :

Les informations transmises par les sens dans le corps le sont par un système de neurotransmetteurs et récepteurs qui activent ou inhibent les fonctionnements.

Les récepteurs sont partout dans le corps, pas uniquement dans le cerveau.

Une activité peut envoyer une information, mais aussi une information peut provoquer une activité ou l’état/l’émotion lié à cette activité.

Un système de retour d’information (feedback loop) permet de réguler le système mais certaines substances (médicaments, alcool…) perturbent le système en prenant la place des informations naturelles dans les récepteurs.

En mode ‘repos’ (par rapport au mode ‘combat’), le système peut mieux assimiler et trier les informations et être plus efficace pour gèrer les problèmes, nettoyer les dégats et faire passer les émotions et leurs conséquences.

Notre propre santé peut être améliorée par notre conscience et nos actions. Si nous sommes plus conscients de nos réactions initiales, si nous nous donnons un temps avant d’agir, il est possible de ‘forcer’ le corps à passer en mode ‘repos’ et ne pas être dans le combat (qui est un état d’alerte permanent, le stress courant et nous épuise).

Les grands conseils du livre pour améliorer nos réactions et notre santé :

  • être conscient,
  • accèder au système psychosomatique (être conscient de notre conditionnement),
  • être connecté à son corps et écouter ce qu’il essaye de nous dire,
  • réduire le stress, pratiquer la méditation,
  • faire du sport,
  • manger intelligement (sainement et en tenant compte de nos envies soudaines),
  • éviter les abus (alcool, sucre…)
petits bonheurs

Petits Bonheurs du 28 mars

  • Deux vidéos drôles le même soir why worry?et la gargoyle de Denver,
  • Mettre du vicks pour essayer de respirer mieux,
  • Une pause déjeuner burger, musique, bouquin, cerisier en fleurs,

dsc_0081

  • Parler 2h anglais,
  • Et faire avancer les choses avec nos clients tout en discutant plaisamment,
  • Partir tôt un vendredi,
  • Voir quelqu’un d’autre obtenir un nouveau ‘jouet’ qu’il attendait depuis longtemps,

dsc_0083

  • Petits déjeuners sur le balcon,
  • Courir, pour vérifier si je ne suis plus malade,
  • Monsieur qui m’offre l’art book d’Amanda Palmer,
  • Dormir au milieu du lit,
  • Préparer un sac de week-end,
  • Des nouvelles chaussures qui ne font plus d’ampoules,
  • Boire une bière allemande en passant.