J’ai déjà parlé de la nécessité de faire des pauses pour se changer la tête, pour mieux assimiler, c’est important de se l’autoriser.

Mais il y a aussi des fois où sans s’en rendre compte on utilise des dérivatifs pour ne pas faire ce qu’il y a à faire.

Le dérivatif est propre à chacun (c’est même assez drôle de découvrir le dérivatif des gens autour de soi) le processus en lui-même est plus général.

Par exemple quand vraiment j’évite de réfléchir, on peut me trouver sur des sites/blogs de productivité ou d’agenda, carnets et autres (oui je vois bien l’incohérence du truc…) et autour de moi certains cherchent des vidéos de synthétiseurs, jouent… un collègue passe son temps sur Youtube à regarder des gens prendre des gamelles.

Bref, c’est du temps plus ou moins mort qui peut être une bonne indication que nous avons besoin d’une vraie pause ou de trouver une autre manière d’aborder ce qui nous préoccupe.

Et vous, savez-vous quel est votre dérivatif automatique ?

Publicités