Mots-clefs

,

Si vous avez bien suivi, j’ai plusieurs carnets en cours en permanence.
Depuis le début de l’année (nouveau job oblige), j’ai un nouveau jouet. Un joli carnet noir dans lequel je note tout ce qu’il faut faire et tout ce qu’il faut retenir… et mon chef a bien remarqué que quand c’est noté, ça sera fait (même si c’est « rappeler au chef ce qu’il doit faire »).
J’avais déjà un cahier de ce genre dans mon job précédent mais là j’ai appliqué de manière plus systématique les principes du Bullet Journal et ça m’aide beaucoup.
Attention : on entre dans le domaine fan de listes + fan de carnets + fan d’organisation. Vous êtes prévenus.

Le bullet journal qu’est ce que c’est ?

Les principes ont été mis en forme par Ryder Carroll grâce à une vidéo explicative très claire et un site avec trucs et astuces. On trouve aussi plein d’exemples de jolis Bullet journals sur Pinterest, j’avoue faire dans l’utilitaire plutôt que dans le joli, ça passe mieux quand j’ouvre mon carnet en réunion d’équipe.
En résumé : un carnet, un stylo, un index pour retrouver ses petits, une page calendrier pour le mois en cours, un paragraphe journalier et des puces (les Bullets).
La grosse différence par rapport à un agenda classique c’est que vous pouvez adapter la taille du paragraphe journalier. Si certains jours vous n’avez rien à faire, vous pouvez passer complétement le jour et s’il y a beaucoup de choses sur une journée, vous pouvez avoir 5 à 10 pages de notes, puisque vous n’êtes pas restreint par le jour suivant.
journalier
Par exemple, les premiers jours de mon job, j’ai pris beaucoup de notes. A chaque fois que quelqu’un m’explique un nouveau sujet, je commence une nouvelle page pour avoir les éléments bien séparés que je peux reporter dans l’index et où je peux revenir facilement lorsque l’on me reparle de la même chose.
index
La liste des tâches est, elle aussi, journalière, plutôt qu’une longue liste de choses à faire ‘un jour’. Chaque tâche et activité est précédée de puces ayant une signification précise.
Les puces de base :
liste des puces
Evidemment toute tâche programmée qui ne peut pas être faite le jour même sera reportée, le lendemain. Mieux vaut donc ne pas trop se surcharger !
J’utilise aussi ! pour quelque chose d’important et ? pour une question à poser.
Comme pour le jour qui est créé soit le matin même soit la veille, le seul mois qui est présent dans le Bullet Journal est le mois en cours, que je trace au début du mois et dans lequel je reporte les rendez-vous prévus.
mensuel
Voilà le principe est là, rien de plus.

C’est flexible, ce qui fait que chacun peut ajouter des éléments qui lui sont utiles (attention quand même à ne pas trop en rajouter et se perdre en route).
Pour moi, j’ai ajouté :

  • un rappel du planning du jour en haut du paragraphe journalier, pour éviter d’avoir le nez en permanence dans Outlook,
  • une liste des rendez-vous des mois suivants, pour référence,

futur

  • une liste des points en attente, en attente d’actions par quelqu’un d’autre évidemment… pour relancer le chef ;).

Tous les images d’illustration sont des facsimilés, le fameux carnet du travail est plus plein, parfois avec des dessins dedans et confidentiel ;).

Vous connaissiez le principe de Bullet Journal ?

Publicités