équilibre

Débrancher

Nous sommes tous de plus en plus branchés en permanence. Pas forcément à la mode, mais sûrement connectés sur les réseaux sociaux, par nos téléphones portables, sur le travail même les week-ends.
Les études récentes expliquent que notre cerveau immédiat n’a que peu de créneaux pour travailler simultanément, probablement juste quatre.
Cela veut dire que si nous passons notre temps à nous demander si nous avons reçu un mail, si quelqu’un a « liké » notre dernier commentaire Facebook, ou si le chef a répondu à notre compte-rendu, nous n’avons plus que 3/4 de nos ressources pour réfléchir à autre chose (je parle ici du mode de réflexion concentrée, non du mode de réflexion diffus, celui-ci fonctionnant au mieux en tâche de fond lorsque nous faisons autre chose… comme de prendre une douche, c’était toujours l’endroit où les grandes idées qu’il faudrait absolument noter arrivent).

photo electronique

Soit parce que ces gadgets technologiques nous rendent dépendant, soit parce que nous ne voulons rien rater, nous recevons ainsi beaucoup d’information qui ne sont pas forcément nécessaires, voir qui peuvent nous polluer la journée.
Il peut être intéressant au moins de tenter une journée sans connection, un week-end voire beaucoup plus longtemps.

Les symptômes du début d’abstinence peuvent être assez proches du manque : on se retrouve inconsciemment à utiliser le téléphone ou la Tablet pour vérifier une info ou pour aller consulter les sites de nouvelles. Puis si on arrive à tenir toute la journée, il y a souvent une sensation de plus de temps, et surtout d’être plus présent aux autres et à ce que nous avons décidé de faire.

Je suis comme tout le monde, il m’arrive de vérifier Facebook de manière compulsive, souvent avec le besoin sous-jacent d’être divertie et encore plus souvent parce que je procrastine quelque chose d’autre. Sachant que mon métier me place en permanence en face d’un ordinateur, c’est assez facile de dériver.
C’est pour cela qu’il m’arrive de décider d’une trêve, de quelques heures voire pendant certaines vacances de n’emmener que le minimum d’électronique (un téléphone même pas smart et un appareil photo). Ce sont souvent des vacances qui me permettent d’être vraiment reposée au retour puisque j’ai été forcée d’être dans le moment.

Et vous ? Avez-vous tenté une trêve digitale ? Qu’en avez-vous pensé ?
 

Publicité

7 réflexions au sujet de “Débrancher”

  1. Alors, par une trêve digitale : non ! Parce que digital, dans son sens premier, c’est « lié aux doigts » huhu 🙂 J’ai limité mes accès, n’ayant pas de smartphones (ma bonne dame, je ne peux même pas recevoir de photos sur mon antiquité). Et après, dans la vie personnelle/durant le temps du loisir : je m’accorde des temps avec « écrans » et d’autres, sans (sans regarder une information, sans checker les « j’aime », ni même actualiser mes boites mail) durant la semaine. Ce n’est qu’un petit pas mais je me sens bien comme ça (sans faire naitre de frustration). Le week-end, c’est plus facile 🙂

    1. 😉
      J’ai un peu plus de mal à débrancher de la tablet, mais il faut bien voir qu’en periode de déplacement pro intense elle me sert a tout, même a lire. Pourtant je me rend compte que je suis moins bien et moins présente quand je suis trop connectée.

  2. J’fais comment pour répondre ? j’ai déjà donné mon avis 😀 😀 😀
    J’ai lâché la déconnexion hebdo, car avec ma formation je suis de toute façon moins connectée. L’avantage des métiers artisanaux !

  3. Même si je n’ai jamais fait de trêve digitale à proprement parler, j’ai sensiblement changé mes habitudes de connexion depuis que je suis dans mon nouvel appartement: avant, l’ordinateur était allumé (et utilisé) dès que j’étais dans l’appart, maintenant c’est uniquement quand j’en ai vraiment besoin. Pendant plusieurs mois je n’avais aucun impératif particulier, alors l’ordi pouvait rester éteint plusieurs jours consécutifs. Et quand je l’allumais, c’était juste pour regarder un film ou une série… Je n’aime pas rester « en ligne » sur Facebook, et je me connecte sur Skype uniquement si j’ai un appel ou une conversation de prévue. J’ai un smartphone mais j’ai coupé la connexion continue à la 3G, j’active l’accès internet juste lorsque je veux précisément consulter Facebook (dans l’attente d’un message car c’est comme ça que je communique avec un vieil ami) ou Google pour une recherche précise. Ensuite je désactive la 3G et mon téléphone est souvent en silencieux 😉 J’aime bien être tranquille quand je fais certaines choses, pas avoir des notifications sonores/visuelles de partout… Chaque chose en son temps !

    Comme j’ai repris la fac, je suis un peu plus connectée qu’avant, pour être tenue au courant et relayer les informations importantes, et faire vivre mon réseau… Mais c’est globalement chronophage ces trucs là; je tente de pragmatiser au maximum mon utilisation de ces outils, pour le bien (et la qualité) de mon temps d’étude ou de pratique. C’est trop facile de s’éparpiller sur Internet xD

    1. 🙂 ça parait très bien cadré tout ça. Et une utilisation beaucoup plus raisonnée que la mienne, dans ce cas là il n’y a plus trop besoin d’une trêve complète 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s