Mots-clefs

, , ,

Nous sommes tous de plus en plus branchés en permanence. Pas forcément à la mode, mais sûrement connectés sur les réseaux sociaux, par nos téléphones portables, sur le travail même les week-ends.
Les études récentes expliquent que notre cerveau immédiat n’a que peu de créneaux pour travailler simultanément, probablement juste quatre.
Cela veut dire que si nous passons notre temps à nous demander si nous avons reçu un mail, si quelqu’un a « liké » notre dernier commentaire Facebook, ou si le chef a répondu à notre compte-rendu, nous n’avons plus que 3/4 de nos ressources pour réfléchir à autre chose (je parle ici du mode de réflexion concentrée, non du mode de réflexion diffus, celui-ci fonctionnant au mieux en tâche de fond lorsque nous faisons autre chose… comme de prendre une douche, c’était toujours l’endroit où les grandes idées qu’il faudrait absolument noter arrivent).

photo electronique

Soit parce que ces gadgets technologiques nous rendent dépendant, soit parce que nous ne voulons rien rater, nous recevons ainsi beaucoup d’information qui ne sont pas forcément nécessaires, voir qui peuvent nous polluer la journée.
Il peut être intéressant au moins de tenter une journée sans connection, un week-end voire beaucoup plus longtemps.

Les symptômes du début d’abstinence peuvent être assez proches du manque : on se retrouve inconsciemment à utiliser le téléphone ou la Tablet pour vérifier une info ou pour aller consulter les sites de nouvelles. Puis si on arrive à tenir toute la journée, il y a souvent une sensation de plus de temps, et surtout d’être plus présent aux autres et à ce que nous avons décidé de faire.

Je suis comme tout le monde, il m’arrive de vérifier Facebook de manière compulsive, souvent avec le besoin sous-jacent d’être divertie et encore plus souvent parce que je procrastine quelque chose d’autre. Sachant que mon métier me place en permanence en face d’un ordinateur, c’est assez facile de dériver.
C’est pour cela qu’il m’arrive de décider d’une trêve, de quelques heures voire pendant certaines vacances de n’emmener que le minimum d’électronique (un téléphone même pas smart et un appareil photo). Ce sont souvent des vacances qui me permettent d’être vraiment reposée au retour puisque j’ai été forcée d’être dans le moment.

Et vous ? Avez-vous tenté une trêve digitale ? Qu’en avez-vous pensé ?
 

Publicités