Mots-clefs

,

Dans toute recherche d’évolution personnelle ou professionnelle, il est nécessaire de sortir de ses habitudes et de ses routines pour pouvoir évoluer puisque ce n’est pas en faisant toujours la même chose que le résultat va être différent.

Sortir de son chemin pré-tracé ne veut pas dire tout envoyer balader d’un coup. Il y a sûrement des gens qui n’arrivent à évoluer que comme ça, mais on peut aussi avoir une approche plus modérée : s’assurer que le quotidien est stable par exemple (un logement, de la nourriture et du support amoureux, familial et amical) avant de se lancer dans une grande aventure qui fasse changer les choses.

J’ai par exemple deux amis proches qui, en cette rentrée reprennent des études. A presque trente ans pour l’une et plus de trente cinq pour l’autre, ce n’est pas anodin de se retrouver sur les bancs de l’école. Comme dans les deux cas c’est le fruit d’une mûre réflexion qui les amènera vers une voie qui leur correspondent vraiment, tous les facteurs de réussite sont là mais cela n’a pas dû leur ôter l’appréhension du changement.

Sans aller jusque ces extrêmes, j’admire ceux qui se lancent de vrais défis physiques. Escalader un haut sommet, faire la route de St Jacques de Compostelle ou du parachute, ce sont forcement des aventures qui vont changer la manière dont vous voyez les choses et dont vous vous percevez.

Je n’ai pas de telles ambitions et une confiance très limitée dans la résistance de mon corps à de gros efforts. Mais ma curiosité (toujours elle) m’a déjà amenée à tenter des aventures dont je ne me serais pas crue capable : faire du parapente (en biplace avec une amie qui maîtrise), courir un marathon, piloter un hélicoptère ou faire de la plongée.
Chacune de ces expériences m’a d’abord enthousiasmée à la perspective, avant de me payer une peur pas possible juste avant de sauter le pas. Même pour la plongée que je continue de faire régulièrement, j’ai toujours une petite appréhension avant d’y retourner, tout en sachant que je vais adorer une fois que je me serai lancée.

Après tout c’est peut-être là l’intérêt de ces aventures grandes ou petites, se sentir vivant par le trac qu’elles nous provoquent et la force que cela nous donne de pouvoir se dire « oui, je n’y croyais pas moi-même, mais j’ai réussi ! »
Lorsque l’on se sait capable de telles choses, les petites modifications de notre quotidien paraissent aussi beaucoup moins irréalisables.

Et vous, comment testez-vous vos limites ? Quelles sont les aventures qui vous ont le plus fait évoluer ?

 

Publicités