sport

Et pourquoi pas la course à pied ?

Je l’ai déjà mentionné plusieurs fois et ça mérite un article à part.
Je suis donc une coureuse.

Enfin plus précisément, je suis maintenant et depuis 13 ans une coureuse.
Parce qu’avant ça, je n’étais pas sportive du tout, du genre à n’avoir que la note moyenne au bac parce que je n’arrivais à rien.
En fait, j’ai accroché à la course à pied quand j’ai eu plusieurs amis qui ne se voyaient que pour faire du sport ensemble, et donc je ne participais pas. Alors j’ai proposé d’aller courir… et je me suis rendue compte que ça m’aidait bien à évacuer le stress et les coups de speed du boulot.
Après ça, il y a aussi eu le fait que ça me permet de sortir prendre l’air de manière régulière (été comme hiver) d’être dans la nature (au minimum les bords de rivière en ville, au max en forêt).
Par exemple, dans mon déplacement pro actuel, je découvre (lire j’essaye de ne pas me perdre) la forêt juste à côté de l’hôtel, ça change des zones industrielles.
Bref, c’est un moyen portable de faire du sport (toujours pas besoin d’emmener une piscine gonflage comme pour le water-polo), d’évacuer un trop plein d’énergie et ça peut se pratiquer à peu près partout.

photo de course

Quelques conseils pour s’y mettre ?
– rester à un rythme très tranquille, la plupart des gens (moi comprise) courent trop vite. Il y a des moyens plus ou moins techniques pour s’assurer de ne pas s’épuiser ou tirer trop sur les muscles (par exemple courir avec un cardiofréquencemètre)
– si on court avec quelqu’un, rester à un rythme raisonnable pour les deux, pouvoir parler,
– prendre de bonnes chaussures, les Converses ne qualifient pas 😉 et Décathlon fait des chaussures de course à un prix raisonnable,
– choisir de s’inscrire à une course peut aider, mais certaines sont très compétitives : depuis que je fais des 10kms à Toulouse, je finis systématiquement dans les dernières (j’ai dit que je ne suis pas rapide) alors qu’en Allemagne ou à Paris, j’étais dans le gros du peloton,
– en voyage (pro ou perso) amener ses chaussures et faire au moins une sortie. Central Park le lendemain de mon arrivée à New York reste un superbe souvenir, ou les bords de mer à Reykjavík,
– pour les sorties longues, j’aime bien écouter des livres audio ou des podcasts, mais attention à la sécurité : pas trop fort pour entendre les voitures autour et pas la nuit (oui, je cours à 6h du mat avant le boulot) on ne sait jamais,
– surtout, surtout, se faire plaisir, profiter du paysage, écouter de la musique ou les petits oiseaux.

Après c’est un sport qui finalement me convient bien, mais je conçois tout à fait que ça ne parle pas à tout le monde.
 

20 réflexions au sujet de “Et pourquoi pas la course à pied ?”

  1. Comme l’a dit Camille la dernière fois que tu nous en as parlé « Moi, je cours que si je suis poursuivie ! » 😀 . Cela dit, je pense, comme tu le dis très bien, qu’il s’agit d’un déclic à un moment donné. J’attends toujours qu’il arrive ! XD

    1. j’étais exactement pareil 😉 par contre, le truc c’est que si on est poursuivie Camille et moi… j’ai plus d’endurance donc plus de chance de m’en sortir, à part si c’est des zombies, là elle ira forcément plus vite que moi 😉

      La marche c’est très bien aussi remarque 😀

      1. Je n’aime pas faire du mal aux gens mais en cas de poursuite, j’envisage sérieusement de tataner des gueules le cas échéant (j’attrape, je tourne, je tire).
        Mais tu le sais, Magali, je suis en train de virer du côté obscur de la course, et de commencer à envisager tranquillement de m’y mettre. Justement pour cette endurance, et ce pt*** de coeur qui s’essoufle trop vite ! (peut-être que le terrain allergique et donc la mauvaise respiration que je me suis découverts il y a peu ne jouent pas en ma faveur). Je ne sais pas quand, mais j’espère sous peu je m’achèterai une bonne paire de chaussures. Petit à petit…

        (mon credo : un esprit à peu près sain dans un corps qui tient la route : la course m’aiderait, j’en suis sure)

      2. la respiration devrait quand même être en train de s’arranger avec le yoga que tu pratiques régulièrement.
        Pour le coeur qui s’essoufle trop vite, on parlera fréquence cardiaque une fois si tu veux, quand tu veux, hein, je suis dispo 😉

      3. D’ailleurs ton commentaire sur le « ça me saoulait avant », ça m’encourage 🙂

      4. et même ça me saoulait grave : en école, pendant les séances d’endurance, j’ai proposé aux autres qui comme moi se faisaient dépasser tout le temps qu’on courre dans l’autre sens par rapport aux ‘rapides’ pour éviter de se démoraliser !

  2. C’est vrai qu’il y a plein d’avantages… Tu me donnes envie, dis donc! (Et pourtant, moi et le sport, on est deux – un point commun avec la « toi » d’avant 😉 ).
    Ça fait plaisir de voir ce blog se remplir semaine après semaine, bravo et vivent les libellules! ^__^

    1. le moi d’avant n’aurait pas résisté à mon boulot sans un moyen d’évacuer le stress et la pression.
      le moi de maintenant se dit que c’est le boulot qu’il aurait fallu évacuer 😉
      Merci pour les libellules 😀

  3. Pour ma part je m’y étais mise parce que ma chef m’avait proposé de participer à une frappadingue au stade de France de 7 km et mon entrainement m’avait permis de pousser à faire ODYSSEA et ses 10 km j’aimerai m’y remettre mais du mal à trouver la motivation et surtout, moi ça ne me vide pas du tout la tête au contraire c’est comme si toutes mes pensees tout ce que j’ai pas le temps de penser afflue à ce moment là et à pour effet de me couper les jambes 😦
    un ami m a proposé de m y remettre en aout donc je vais reprendre tout doucement 15 minutes et augmenter progressivement

    1. le mieux c’est d’y aller tranquillement pour reprendre effectivement. Des alternances de courir/marcher c’est pas mal.
      Pour les pensées qui affluent, c’est là où j’écoute des livres-audio ou des podcasts, ça fait un ‘bruit de fond’ qui empêche aux autres pensées d’affluer. Sinon en cas vraiment extrême, je fais des pointes de vitesse alternances de courir/sprinter mais ça c’est quand je fuis mes pensées !

  4. ALOOOOORS !!!! Bilan au lendemain de l’article !

    1/ J’ai acheté mon matériel ! Une paire de chaussure (50€ chez décathlon : j’expérimente dès ce soir 16h et je vous donnerai mon avis pour la suite), trois paires de chaussettes (car mes chaussettes en fibres de bambou sont très bien, mais par pour courir), un soutien gorge de sport (et oui ! même avec des tiseins, faudrait pas se faire mal !) et un genre de pantacourt spécial course (parce uqe mon jogging est très bien, mais bon il y fait 35 000 degrés). Pour le reste, je vais composer avec ce que j’ai à la maison. Total des opérations : 78€85, et 30 jours pour essayer mes godasses et voir si ca va bien ou pas !

    2/ Je m’y mets ce jour à 16h ! J’avais espéré m’y mettre ce matin, mais je n’ai pas eu le courage : c’est qu’au réveil, je suis vraiment à la masse !!! J’ai besoin d’un temps pour réussir à me mettre en route, ce qui pourrait être mis à profit pendant la course, mais en ce moment je n’en ai pas le courage. J’ai donc culpabilisé comme il se doit mais pour éviter de me morfondre, je me suis surtout renseignée sur les heures intéressantes pour courir et je suis tombée sur ce blog ! http://www.courir-plus-loin.com/matin-midi-ou-soir-a-quel-moment-courir/
    Total : je me vise la plage 16-18h, qui me parait parfaite pour moi et pour commencer.
    J’essaierai différents horaires (matin et fin de matinée), mais les avantages de la plage du matin ne me semble pas pertinents pour mon métabolisme : j’ai comme qui dirait ZERO réserves, et si c’est pour tomber dans les pommes, je ne suis pas sure que ce soit bien intéressant. En revanche, la question du mental, de l’expérience du calme, de l’ambiance du matin et tout, ça ça me parle. A tester donc, en faisant attention à l’énergie !

    3/ Je vais courir en silence pour l’instant je pense… Pas de livre numérique à écouter, et la musique est une fausse bonne idée pour moi. Déjà essayé : peux pas m’empêcher de danser, ou de courir en rythme, ce qui rend la régularité sioupercompliquée !!! Je vais partir sur la focalisation sur la respiration, comme en yoga (wiwi, j’fais aussi du yoga 😀 ), et éventuellement sur la pleine conscience de mon environnement. A voir comment ça peut devenir une pratique complémentaire à la méditation.


    Et tout ça alors que je n’ai pas encore commencé !!! Si dans un an (ou moins, selon mon avancée) j’ai adopté la pratique, j’écrirai un article sur le Hamster Zébré sur cette « Curieuse expérience » 😀 j’ai hâte de pouvoir en dire plus !

    1. Merci Camille pour ce long retour. Effectivement le mieux c est d essayer tout un tas de choses (horaires, ambiance sonore) même le type de parcours peut avoir son importance : j adore courir au bord de l eau (ça étonne quelqu’un ?).
      Si tu veux tenter de courir avec un cardio fréquence metre, je pourrais te prêter le mien, ça fait cinq semaines que j envisage d en changer!

      1. Oh ben si tu le changes, je veux bien que tu me files ton ancien (je peux te l’acheter d’occase si tu veux ou te l’échanger contre une pâtisserie, histoire de contrer un peu toute cette course 😀 ). En attendant, je vais faire sans, je n’ai pas de pb avec ça (je vais commencer tout doux 🙂 )

  5. J’ai une question : Je me suis trouvé un plan d’entrainement intéressant pour arriver à 30′ de course non stop sous 6 semaines. J’ai lu quelque part qu’il faut s’arrêter de courir (mais pas de bouger) 7 jours après une fin d’entrainement de ce genre, pour permettre la récupération et tout… qu’en penses tu ? (je suis en train de me préparer une fin d’entrainement à 2 séance de course / 1 séance de marche puis 2 séances de marche une séance de course puis 2 séances de course une séance de marche avant de reprendre 3 séances de courses par semaines pour tout te dire… mais ça c’est dans 6 à 8 semaines 😀 j’ai le temps de poser mes questions avant 😀 )

    1. Alors…
      normalement quand tu suis un plan d’entrainement c’est souvent pour préparer une course (genre « réussir un 10 km en 40 min » ce qui ne risque pas de m’arriver de si tôt) et avant une course c’est effectivement recommandé de faire une pause, ralentir son entrainement pour avoir plus de pêche le jour J.
      Concernant ton plan pour débuter, je dirais que le mieux c’est de faire comme tu le sens, si au bout de tes 6 semaines tu apprécies de courir entre 20 à 30 min 3 fois par semaine, rien ne t’empêche de continuer sur ce rythme. 🙂

      1. oui là c’est un plan d’entrainement pour courir 30′ sans s’arrêter, c’est tout 🙂 pas de préparation de course, c’est pour les débutants ou les post blessure, histoire de ne pas s’y mettre comme des oufs sans ligne de conduite un peu. Ca fait plus une sorte de « ligne de conduite pour joggueur débutant » (moi ca me rassure un peu d’avoir un programme prévu d’avance pour l’alternance course/marche dans les runs). Mais du coup pas de nécessité de stop après, sauf si j’ai envie ou si je sens que j’en ai besoin. Okay 😀 (je me laisse toute latitude pour modifier le programme en cours de route si j’ai envie de toute manière : c’est à ça que servent les programmes selon moi 😀 )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s