Mots-clefs

, , , ,

Je l’ai déjà mentionné plusieurs fois et ça mérite un article à part.
Je suis donc une coureuse.

Enfin plus précisément, je suis maintenant et depuis 13 ans une coureuse.
Parce qu’avant ça, je n’étais pas sportive du tout, du genre à n’avoir que la note moyenne au bac parce que je n’arrivais à rien.
En fait, j’ai accroché à la course à pied quand j’ai eu plusieurs amis qui ne se voyaient que pour faire du sport ensemble, et donc je ne participais pas. Alors j’ai proposé d’aller courir… et je me suis rendue compte que ça m’aidait bien à évacuer le stress et les coups de speed du boulot.
Après ça, il y a aussi eu le fait que ça me permet de sortir prendre l’air de manière régulière (été comme hiver) d’être dans la nature (au minimum les bords de rivière en ville, au max en forêt).
Par exemple, dans mon déplacement pro actuel, je découvre (lire j’essaye de ne pas me perdre) la forêt juste à côté de l’hôtel, ça change des zones industrielles.
Bref, c’est un moyen portable de faire du sport (toujours pas besoin d’emmener une piscine gonflage comme pour le water-polo), d’évacuer un trop plein d’énergie et ça peut se pratiquer à peu près partout.

photo de course

Quelques conseils pour s’y mettre ?
– rester à un rythme très tranquille, la plupart des gens (moi comprise) courent trop vite. Il y a des moyens plus ou moins techniques pour s’assurer de ne pas s’épuiser ou tirer trop sur les muscles (par exemple courir avec un cardiofréquencemètre)
– si on court avec quelqu’un, rester à un rythme raisonnable pour les deux, pouvoir parler,
– prendre de bonnes chaussures, les Converses ne qualifient pas 😉 et Décathlon fait des chaussures de course à un prix raisonnable,
– choisir de s’inscrire à une course peut aider, mais certaines sont très compétitives : depuis que je fais des 10kms à Toulouse, je finis systématiquement dans les dernières (j’ai dit que je ne suis pas rapide) alors qu’en Allemagne ou à Paris, j’étais dans le gros du peloton,
– en voyage (pro ou perso) amener ses chaussures et faire au moins une sortie. Central Park le lendemain de mon arrivée à New York reste un superbe souvenir, ou les bords de mer à Reykjavík,
– pour les sorties longues, j’aime bien écouter des livres audio ou des podcasts, mais attention à la sécurité : pas trop fort pour entendre les voitures autour et pas la nuit (oui, je cours à 6h du mat avant le boulot) on ne sait jamais,
– surtout, surtout, se faire plaisir, profiter du paysage, écouter de la musique ou les petits oiseaux.

Après c’est un sport qui finalement me convient bien, mais je conçois tout à fait que ça ne parle pas à tout le monde.
 

Publicités