Mots-clefs

, , ,

Il y a plein de posts sur internet (ici explication plus scientifique) sur comment utiliser les huiles essentielles, pour quoi faire et tout. Je vais plutôt vous raconter comment moi j’ai commencé.

L’odorat est un sens très présent chez moi. Pas au point de la madeleine de Proust, mais j’ai des souvenirs très précis d’un parfum à la mandarine qui m’avait été offert pour un anniversaire et l’odeur du chévre-feuille me met toujours en joie.

Avec ça, il était à peu près évident que j’allais arriver un jour ou l’autre aux huiles essentielles.
Cela m’a longtemps intriguée, et comme j’ai des problèmes d’endormissement depuis une éternité (peut-être que si j’avais lu des livres moins prenants, j’aurais mieux dormi étant jeune…), la lavande était toute indiquée pour commencer.
Quelques gouttes sur un mouchoir posé à côté de l’oreiller, ca aide à calmer l’esprit donc à ralentir les pensées et à mieux plonger dans les bras de Morphée.
Jusqu’au moment où Monsieur trouve que ca sent quand même un peu fort, c’est agréable, mais fort… Evidemment, Monsieur n’a que rarement des problèmes pour dormir.
Sur une suggestion d’amie, je suis passée à l’orange douce, de la même manière, quelques gouttes sur le mouchoir, c’est beaucoup moins présent pour ceux qui dorment à côté.
Une autre recette magique qui détend dans la journée en cas de stress et aide à l’endormissement le soir trouvé sur le blog de l’Apothicaire : relaxation-sommeil.
Entretemps j’avais aussi découvert l’arbre à thé, quelques gouttes dans la lessive pour désinfecter un peu plus que juste une lessive à 40°C.
Et la menthe poivrée… pour les maux de tête.
C’est magique la menthe poivrée, ca dégage vraiment. Surtout quand au lieu de mettre une goutte sur les tempes ou, plus prudent, d’en verser sur une compresse pour l’appliquer sur les tempes ou les poignets, surtout donc, si on met la dite goutte d’huile essentielle de menthe trop près des yeux, pas dans les yeux, mais juste à côté. Alors là, c’est mieux que les oignons pour dégager les sinus ! Ca ne fera pas forcémment pleurer, mais on se demande franchement si on ne devrait pas se rincer abondamment à grande eau !
Bref, la menthe à petite dose, voir bien diluée dans une huile végétale.
Tout ca pour dire, que je m’y mets doucement, mais avec une grande curiosité parce que je trouve l’approche douce et saine.
Cela n’empêche pas que pour le méga mal de crâne qui ne veut pas partir, le mieux c’est toujours le cachet qui va bien.
C’est un complément santé, une prévention parfois, ce n’est pas la panacée absolue.

 

Publicités